Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

Message relatif à l'accord de libre-échange AELE-Chili

      Berne (ots) - Le Conseil fédéral a adopté le 19 septembre 2003, sur
proposition du Département fédéral de l'économie, le message relatif
à l'accord de libre-échange entre les Etats de l'AELE (Suisse,
Norvège, Islande, Liechtenstein) et le Chili ainsi qu'à l'accord
agricole entre la Suisse et le Chili. Les deux chambres fédérales
vont vraisemblablement traiter le dossier pendant la session de
décembre de cette année. Les accords devraient entrer en vigueur le
1er février 2004. L'intérêt de cet accord réside dans le fait que
les exportateurs suisses obtiennent un accès au marché chilien, qui
est très dynamique, comparable à celui de ses concurrents, en
particulier l'UE et les Etats-Unis qui viennent eux aussi de
conclure des accords préférentiels avec le Chili. Le Chili mène une
politique active de libre-échange. Il a déjà conclu d’autres accords
de ce type avec de nombreux Etats (comme la Corée du Sud, p. ex.) et
engage des négociations avec d'autres pays partenaires.

    Pour la Suisse, qui est une économie exportatrice par excellence et qui est présente sur de nombreux marchés très diversifiés dans le monde entier, mais qui ne fait pas partie d'une grande unité comme l'UE, la conclusion d'accords de libre-échange constitue, outre l'intégration européenne et l'adhésion à des organisations économiques multilatérales (comme l'OMC ou l'OCDE), l'un des principaux piliers de sa politique économique extérieure. A l'instar des accords signés avec le Mexique et Singapour (entrés en vigueur respectivement le 1er juillet 2001 et le 1er janvier 2003), l’accord avec le Chili s'inscrit dans la ligne de l’extension, sur les plans géographiques et du contenu, de la politique de libre-échange des Etats de l'AELE. Pour ces derniers, il s'agit surtout de réagir face au risque croissant de discrimination et à l'érosion de la compétitivité de leurs places économiques, qui résultent de la tendance de plus en plus marquée dans le monde entier à conclure des accords préférentiels régionaux et suprarégionaux. Dans le même temps, la Suisse ne ménage pas ses efforts pour renforcer la sécurité juridique et la libéralisation progressive au sein de l'OMC (en particulier dans le cadre du cycle de négociations de Doha) et d'autres organisations multilatérales.

    Le Chili est un partenaire économique régional important pour la Suisse. En 2002, les exportations suisses vers le Chili portaient sur un montant de 150 millions de francs (machines, produits chimiques et pharmaceutiques, montres et instruments de précision) et les importations représentaient env. 60 millions de francs (produits agricoles, produits à base de papier et produits métalliques). L’économie chilienne présente un potentiel de croissance important, dont l'économie suisse sera mieux à même de bénéficier grâce au présent accord. Les investissements directs suisses au Chili dépassaient fin 2001 les 800 millions de francs.

Renseignements: seco, Ambassadeur Marino Baldi, tél. 031 324 07 55

seco, Ministre Christian Etter, chef de la Task Force Négociations AELE-pays tiers, tél. 031 324 08 62  



Plus de communiques: Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

Ces informations peuvent également vous intéresser: