Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

EVD: Rapport sur la politique économique extérieure 2002 : un fragile contexte économique mondial

      (ots) - Le 15 janvier 2003, le Conseil fédéral a adopté le rapport
sur la politique économique extérieure 2002 à l'intention des
Chambres fédérales. Le rapport présente une analyse de la situation
économique et l’activité du Conseil fédéral et du Secrétariat d’Etat
à l’économie (seco) en matière d’affaires économiques extérieures.
L’année 2002 a été marquée par la stagnation généralisée de
l’activité économique. Le rapport souligne que l’interconnexion
économique avec l’étranger est essentielle pour un pays qui, comme
la Suisse, dispose de peu de matières premières. Afin que cela soit
pleinement profitable, il est important que la concurrence soit
intensive sur le marché intérieur. La politique économique devra
donc être axée encore davantage sur la promotion de la concurrence.
Mais les effets bénéfiques du commerce sur la prospérité ne tiennent
pas uniquement aux échanges internationaux de biens et de services.
En effet, la société du savoir et de la communication se caractérise
par le fait que les connaissances, les valeurs et les besoins
peuvent être échangés entre plusieurs pays grâce au réseau
économique.

    Le fléchissement généralisé de la conjoncture a eu de fortes répercussions sur l’économie suisse. Des domaines revêtant une importance notable pour l’ensemble de l’économie, tels que l’industrie des biens d’équipement, les services financiers et le tourisme, ont été particulièrement touchés. La fermeté du franc a par ailleurs constitué un obstacle supplémentaire pour diverses branches. Selon les prévisions, la stagnation largement répandue en 2002 sera suivie d’une croissance modérée de l’économie suisse en 2003, et la reprise qui permettra une croissance durable n’interviendra pas avant 2004.

    La série d’accords avec l’UE, les « bilatérales I », et la version révisée de la Convention AELE sont entrées en vigueur le 1er juin 2002. L’objectif visé à moyen terme est la conclusion des accords bilatéraux actuellement en cours de négociation (bilatérales II), la condition étant l’obtention d’un résultat final équilibré. Les négociations entre la Suisse et l’UE portent sur dix dossiers. Les négociations concernant la fiscalité de l’épargne, Schengen/Dublin, les services, la formation, les médias et les pensions ont été entamées en juin 2002. En matière de lutte contre la fraude, de produits agricoles transformés, d’environnement et de statistiques, les négociations avaient déjà débuté en janvier 2001. Depuis juin 2002, plusieurs négociations ont eu lieu pour chaque dossier. Elles ont permis d’identifier les questions-clés. Dans la plupart des domaines, des projets d’accords ont déjà été rédigés.

    De nouvelles structures de négociations ont été mises en place dans le cadre du nouveau cycle de négociations (Doha) au sein de l’OMC, après quoi les négociations ont débuté rapidement. Les premiers résultats sont attendus pour la conférence ministérielle qui se tiendra à Cancun en septembre 2003.

    La demande de crédits au Fonds monétaire international (FMI) a fortement augmenté en raison des perspectives économiques peu réjouissantes et des turbulences sur les marchés financiers internationaux. Début 2002, la Suisse a été soumise à un Financial Sector Assessment Program (FSAP). Les autorités de surveillance et de régulation suisses et les banques ont reçu une appréciation favorable.

    A l’occasion du dixième anniversaire de l’adhésion de la Suisse aux institutions de Bretton-Woods, la troisième conférence annuelle du Réseau des parlementaires sur la Banque mondiale a siégé à Berne. Les négociations sur la reconstitution des fonds de l'Agence internationale de développement (AID) et du Fonds africain de développement ont abouti en 2002.

    Le réseau d’accords bilatéraux a été complété dans les domaines de la collaboration économique, de la protection des investissements et de la double imposition. Des délégations suisses accompagnées de représentants des milieux économiques suisses ont visité plusieurs marchés émergents tels que le Mexique, le Kazakhstan, la Roumanie et le Vietnam. Pour la première fois, deux de ces missions (en Chine et en Finlande) sont nées d’une collaboration entre le Secrétariat d’État à l’économie, le Groupement de la science et de la recherche et l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie.

    Etant donné les incertitudes qui règnent sur le marché mondial de l’acier, le Conseil fédéral a arrêté en septembre l’ordonnance sur les mesures de surveillance de l’importation de certains biens industriels.

    Six messages relatifs à des accords économiques internationaux accompagnent le rapport à l’intention du Parlement, parmi lesquels le message relatif à l’Accord établissant l'Agence de coopération et d'information pour le commerce international (ACICI) et le message concernant l’Accord instituant le Centre consultatif sur la législation de l'OMC. Les deux entités sont sises à Genève.

Renseignements: seco, Aymo Brunetti, Analyses et politiques économiques (chap. 1 et 2), tél. 031 322 21 40

seco, Karl Weber, Domaines spécialisés, tél. 031 324 09 11  



Plus de communiques: Eidg. Volkswirtschaftsdepartement (EVD)

Ces informations peuvent également vous intéresser: