Eidg. Finanz Departement (EFD)

EFD: Sondage 2003 du DFF: la tendance reste la même, mais le scepticisme augmente

      Berne (ots) - 14 jui 2003 (DFF) Le niveau de connaissance des
électeurs suisses en matière de politique budgétaire est resté
relativement stable en comparaison avec l'année dernière. Dans les
réponses aux questions portant sur les opinions, au sujet notamment
de la confiance envers l'AVS ou de la satisfaction quant au rapport
impôts/prestations, l'insécurité ambiante se traduit par un
scepticisme plus marqué. Cependant, la majorité des personnes
interrogées préfèrent toujours nettement une réduction des dépenses
à des hausses d'impôts ou à de nouvelles dettes pour le cas où la
situation financière de la Confédération devait l'exiger. Une
majorité ignore que la charge fiscale est plus basse en Suisse que
dans la moyenne des pays de l'UE et que dans les pays voisins. Quant
au secret bancaire, il reste solidement ancré dans les mentalités et
jouit d'un soutien toujours aussi élevé.

    Le sondage 2003 du DFF a été effectué en mars et avril 2003 auprès de 1500 citoyennes et citoyens de 18 ans et plus. Le recul des recettes fiscales, les premiers projets en vue d'un programme d'assainissement, la discussion sur un impôt fédéral sur les successions ainsi que d'autres questions touchant à la fiscalité étaient alors à l'ordre du jour. Comme pendant les deux années précédentes déjà, l'actualité se caractérisait par une accentuation croissante des problèmes budgétaires.

Scepticisme face à l'avenir de l'AVS

    On constate un scepticisme grandissant quant à l'avenir de l'AVS. Trois quarts des personnes interrogées (73 % contre 78 % l'année passée) savent que le nombre de personnes retraitées va nettement s'accroître par rapport à la population active dans les 20 prochaines années. 68 % des personnes qui n'ont pas encore atteint l'âge de la retraite (contre 73 % en 2002) estiment qu'elles toucheront elles-mêmes une rente AVS et 26 % (22 % en 2002) jugent qu'elles en seront privées. En comptant les 6 % d'indécis, cela représente une part de près d'un tiers des personnes actives qui affichent leur scepticisme sur l'avenir de l'AVS. Cette opinion est tout particulièrement présente dans la classe d'âge des 25 à 34 ans. Seules 50 % (contre 62 % l'année précédente) de ces personnes pensent pouvoir toucher des prestations AVS alors que 45 % (30 % en 2002) partent du principe qu'elles n'en recevront pas. Chez les personnes actives, la confiance varie aussi selon les régions (Suisse alémanique: 70 %, Suisse romande: 63 %) et selon le sexe (femmes: 64 %, hommes: 71 %), alors que les sceptiques se répartissent de manière plus uniforme, indépendamment de ces critères. Les personnes interrogées qui touchent aujourd'hui déjà des rentes AVS croient pour 71 % d'entre elles que la génération suivante jouira de la même chance, alors que 21 % expriment des doutes à ce sujet. Ces valeurs restent stables en comparaison avec 2002 (mais elles diffèrent, comme c'est le cas aussi pour la question précédente, des chiffres de l'année 2001, qui ne peuvent certes pas être comparés sans réserves: 76 % croyaient alors à une AVS pour la génération suivante et seuls 14 % en doutaient).

Economies préférées à des hausses d'impôts ou à de nouvelles dettes

    Pour le cas où la situation financière de la Confédération exigerait des mesures, 48 % des personnes interrogées (comme l'année précédente) se prononcent en faveur d'une réduction des prestations de l'Etat, 26 % pour une hausse des impôts et 16 % pour de nouveaux emprunts. 42 % des personnes qui se sont prononcées pour une hausse des impôts choisiraient d'élever le taux de TVA plutôt que d'augmenter l'impôt fédéral direct (31 %) ou d'introduire un nouvel impôt (18 %). Ces valeurs également restent presque les mêmes que celles de l'année précédente (41 %, 30 %, 19 %). La répartition par région se révèle relativement homogène, bien que la Suisse romande rejette plus nettement les hausses d'impôts (21 %) et des réductions de prestations (44 %) et accepte plus facilement (19 %) de nouvelles dettes.

Le site fiscal suisse sous-estimé

    57 % des personnes interrogées ont l'impression que la charge fiscale en Suisse est plus forte (33 %) ou égale (24 %) à la moyenne de l'UE. Seules 30 % (contre 33 % en 2002) des personnes interrogées savent que la charge fiscale suisse est en fait inférieure. Il fallait tenir compte pour répondre à la question de la somme de tous les impôts fédéraux, cantonaux et communaux, y compris les contributions aux assurances sociales pour l'AVS et l'assurance- chômage, mais sans les primes d'assurance-maladie. Il est frappant de constater dans la répartition par région que la Suisse en tant que site fiscal est surtout sous-estimée en Suisse romande (charge fiscale plus élevée ou égale à celle de la moyenne de l'UE: 63 %; charge plus basse: 20 %). La comparaison entre la Suisse et les pays voisins donne des résultats semblables.

La Suisse romande moins satisfaite que la Suisse alémanique

    Comme c'était déjà le cas l'année passée, une légère tendance à l'insatisfaction ressort du sondage de cette année pour ce qui touche à l'acceptation de la charge fiscale et des contre- prestations. Cette insatisfaction est certes relative: 64 % des personnes interrogées (contre 67 % l'année passée) reconnaissent à l'Etat un rapport prix-prestations bon ou relativement bon, alors que 30 % (29 % en 2002) jugent ce rapport plutôt mauvais. En Suisse romande, une proportion nettement plus grande (42 %) porte un jugement négatif sur le rapport entre la charge fiscale et les prestations étatiques qu'en Suisse alémanique (25 %). On retrouve plus ou moins la même tendance que les années précédentes pour la question de savoir si la charge fiscale doit être la même dans tous les cantons (2003 et 2002: 51 %) ou si l'on peut admettre certaines différences (2003 et 2002: 40 %) ou de grandes différences (2003: 6 %, 2002: 8 %). Les personnes favorables à des différences le font principalement pour accorder aux cantons davantage de compétences (52 %) ou pour faire baisser les impôts par le biais de la concurrence fiscale (36 %).

Le secret bancaire a toujours la cote

    Les chiffres relatifs au secret bancaire restent stables. 69 % des personnes interrogées (contre 70 % l'année précédente) connaissent son champ d'application et savent que le secret bancaire est levé en cas de délits tels que la criminalité organisée, le blanchiment d'argent ou l'escroquerie fiscale. Comme c'était déjà le cas en 2002, 58 % se prononcent en faveur du maintien du secret bancaire sous sa forme actuelle, 28 % (27 % l'année passée) estiment qu'il devrait également être levé en cas de soustraction d'impôt. 11 % des personnes interrogées (autant qu'en 2002) se prononcent quant à elles pour la suppression totale du secret bancaire.

Coûts pour la défense nationale surévalués et coûts pour les transports sous-évalués

    Les questions concernant les données de base ont donné presque les mêmes résultats que les années précédentes. Le montant de la dette de la Confédération (qui est de 122 milliards bruts) a été estimé par 52 % des personnes interrogées entre 100 (30 %) et 150 milliards (22 %). L'année passée, 49 % (100 milliards: 29% et 150 milliards: 20 %) donnait cette estimation. 22 % (contre 24 % l'année précédente) estiment la dette de la Confédération en dessous de cette fourchette, 7 % (10 % en 2002) chiffrent l'endettement à 200 milliards. Seule une majorité relative de 32 % (34 % en 2002) sait que le domaine social représente la plus grande part des dépenses de la Confédération. Comme c'était déjà le cas l'année passée, les dépenses occasionnées par la défense nationale sont surévaluées surtout en Suisse romande (elles sont le plus souvent classées au 1er rang, alors qu'elles n'occupent que le 3e rang des dépenses); les dépenses engagées pour les transports y sont au contraire sous- évaluées (alors qu'elles viennent en fait au 2e rang).

Précisions techniques

    Depuis 1997, le Département fédéral des finances (DFF) procède régulièrement à des sondages sur les connaissances et l'opinion de la population suisse en matière de politique budgétaire. En mars et avril 2003, 1500 citoyennes et citoyens suisses de 18 ans et plus résidant en Suisse alémanique (1000) ou en Suisse romande (500) ont été interrogés par téléphone. L'échantillon a été établi selon la méthode "random-quota", le sondage proprement dit étant réalisé sur une base représentative par l'institut d'études de marché DemoSCOPE SA, conformément aux directives de SWISS INTERVIEW. L'enquête a été conçue par l'entreprise Dualis (Alois Sidler, Herdern), qui a également analysé les résultats. Les questions et les tableaux des résultats (résultats par région: ensemble du pays, Suisse alémanique, Suisse romande; résultats selon le sexe, l'âge, la formation, le niveau social et la taille du ménage) peuvent être consultés à l'adresse Internet www.dff.admin.ch. Avec 1500 personnes interrogées, la marge d'erreur avec des résultats de 60/40 s'élève à plus ou moins 2,5 %.

Renseignements: Daniel Eckmann, Communication DFF, tél.: 031 322 63 01

Département fédéral des finances DFF Communication CH-3003 Berne http://www.dff.admin.ch



Plus de communiques: Eidg. Finanz Departement (EFD)

Ces informations peuvent également vous intéresser: