Eidg. Finanz Departement (EFD)

L'évolution des états-majors dans l'administration fédérale

Berne (ots) - 09 mai 2003 (DFF) L'augmentation du nombre de collaborateurs des secrétariats généraux dans les années nonante correspond à l'accroissement des tâches incombant à ces unités administratives. Telle est en substance la réponse que donne aujourd'hui le Conseil fédéral à l'interpellation déposée par le conseiller national Rudolf Strahm (PS/BE). Le Conseil fédéral écrit en outre qu'il estime le travail avec les états-major indispensable pour lui même et pour les départements étant donné la complexité des tâches. Dans son interpellation, Rudolf Strahm avait demandé des informations sur le développement du personnel des sept départements de l'administration fédérale pour les dix dernières années. Il voulait savoir en particulier pourquoi le gouvernement associe de plus en plus à ses travaux les états-majors des départements, au lieu de consulter les organes de décision et d'exécution (à savoir les offices ainsi que leurs divisions et sections). Il demandait au Conseil fédéral de l'informer sur la possibilité de diminuer les doublons, l'acuité des problèmes de coordination, la concurrence et les querelles intestines existant de plus en plus fréquemment entre les états-majors des départements et les offices fédéraux compétents ainsi qu'au sein même des états-majors. Il voulait également savoir si la pratique consistant à employer de plus en plus de personnes venues de l'extérieur et de généralistes qui n'ont jamais travaillé dans des organes de décision et d'exécution avait fait ses preuves. Dans sa réponse, le Conseil fédéral montre que l'augmentation du nombre de collaborateurs dans les secrétariats généraux durant les années nonante correspond à l'accroissement des tâches incombant à ces unités administratives. Cette évolution est notamment due aux centralisations et aux transferts d'unités administratives effectués dans le cadre de grands projets de réformes (RVR NOVE Due, NOVE IT, mesures de libéralisation touchant les CFF, La Poste, Swisscom, etc.). Comparer les effectifs des secrétariats généraux de 1991 avec ceux de 2001 ne permet donc pas de tirer des conclusions valables. L'augmentation des effectifs des états-majors évoquée dans l'interpellation n'est pas un phénomène inhérent à l'administration fédérale. Celui-ci touche également le secteur privé et s'explique par le fait que les processus et les tâches sont devenus de plus en plus complexes durant la dernière décennie. Renseignements : Thomas Schmutz, Office fédéral du personnel, tél. 031 324 95 42 Département fédéral des finances DFF Communication CH-3003 Berne http://www.dff.admin.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: