DEZA

Réunion DDC/seco sur le rôle du secteur financier pour la promotion du développement Microfinance: une voie vers la prospérité

    Berne (ots) - EMBARGO 30 juin 2005, 16h30

Ce n'est pas en idées que les pauvres sont pauvres. Bien souvent, c'est seulement la possibilité d'obtenir des crédits et d'épargner pour pouvoir mener une entreprise avec succès qui leur manque. La promotion de la microfinance s'offre comme une stratégie de lutte contre la pauvreté avantageuse et conforme aux règles du marché. Les experts sont d'accord entre eux sur le fait que le potentiel de la microfinance n'a pas encore été pleinement exploité : telle est la conclusion qui se dégage du symposium qui s'est tenu à Berne, organisé conjointement par la DDC et par le seco. La Suisse doit elle-même aussi une part essentielle de sa richesse au secteur financier. Le 30 juin a eu lieu à Berne à l'occasion de l'Année internationale de la microfinance un symposium international organisé par la DDC et le seco et intitulé « Voies vers la prospérité ». Cette réunion a porté sur la contribution du secteur financier à la promotion du développement. Les orateurs, issus du Sud et du Nord, ont convenu que le potentiel que représente la microfinance pour lutter contre la pauvreté n'avait de loin pas été épuisé. Le renforcement du recours au secteur financier est d'une importance capitale, notamment pour pouvoir atteindre les objectifs de développement du Millénaire fixés par l'ONU. L'histoire économique de la Suisse montre sans conteste que l'accès au crédit, également pour les petits métiers, a été un facteur de stimulation de la croissance, ainsi que l'a affirmé Jakob Tanner, historien à l'université de Zurich. La microfinance – au sens de prestations de services financiers pour les pauvres – était très répandue dans la Suisse des 19e et 20e siècles. Aussi le renforcement du secteur financier dans différents pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine par la Direction du développement et de la coopération (DDC) et le Secrétariat d'état à l'économie (seco) jouit-il depuis des années d'une grande importance. Comme autrefois en Suisse, l'accès pour les petits et les très petits entrepreneurs à des possibilités d'épargne et à des crédits constitue aujourd'hui, dans les pays en développement et dans ceux en transition, une étape de développement importante. C'est ce qui ressort clairement des rapports fondés sur l'expérience présentés par des praticiens de quatre continents. La microfinance ne favorise pas seulement le progrès économique, mais aussi le changement social. Pouvoir gérer son propre argent élargit – et cela est particulièrement valable pour les femmes – l'espace de liberté dont on dispose en vue de son autodétermination. Les présentations faites lors du symposium peuvent être téléchargées à partir des pages Internet de la DDC et du seco : http://www.deza.admin.ch/index.php? navID=3032&userhash=28298000&lID=6). http://www.seco-cooperation.ch Pour de plus amples informations : Thomas Jenatsch 031 325 91 26, 079 300 48 63, Médias et communication, DDC Hansruedi Pfeiffer 031 323 30 51, Emploi et revenus, DDC Thierry Buchs 031 324 07 88, 031 324 09 10, Promotion des investissements, seco



Plus de communiques: DEZA

Ces informations peuvent également vous intéresser: