DEZA

DEZA: Réseau global pour le sport et le développement

    Berne (ots) - Macolin, le 18 février 2003

Le sport doit être à l’avenir davantage intégré en tant qu’élément constitutif permanent des programmes de la coopération au développement internationale et de la promotion de la paix. Tel est le point essentiel de la « Déclaration de Macolin » qui a été adoptée aujourd’hui à la fin de la première Conférence internationale pour le sport et le développement qui s’est tenue du 16 au 18 février à Macolin. Ce sont près de 300 représentants de haut rang d’organisations des Nations Unies, de gouvernements, d’associations sportives, de la société civile ainsi que des milieux scientifiques et économiques qui y ont pris part. Cette conférence a été mise sur pied ensemble par l’ancien Président de la Confédération Adolf Ogi, Sous-secrétaire général et Conseiller spécial du Secrétaire Général de l’ONU sur le sport au service du développement et de la paix, par la Direction du développement et de la coopération (DDC) et par l’Office fédéral du sport (OFSPO). « À Macolin, nous avons posé des fondements sûrs et communs pour tirer parti à l’avenir, de manière à la fois systématique et durable, de l’immense potentiel du sport pour le développement et la promotion de la paix. » a déclaré Adolf Ogi lors de la conférence de presse tenue en conclusion de cette manifestation de trois jours. Le bilan tiré est éminemment positif. En même temps que la Déclaration de Macolin, une liste très complète de recommandations a été adoptée en vue de sa mise en œuvre, portant notamment sur des sujets tels que « Sport, promotion de la paix et prévention des conflits », « Sport et développement de la personnalité » ainsi que « Sport et développement social et économique ». Adolf Ogi remettra ces deux documents au mois de mars au Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan. Selon Walter Fust, Directeur de la DDC, Macolin ne s’est pas borné à apporter une contribution notable à la sensibilisation de tous les acteurs de la société aux possibilités qu’offre le sport. « À Macolin, ce sont également de nombreux et précieux contacts qui ont été noués entre l’ONU, la politique, le sport, la société civile et l’économie, répondant ainsi à une condition préalable décisive pour la coopération dans le cadre de projets menés par différentes organisations et où chaque acteur peut tirer le meilleur parti possible de ses potentialités du moment. », a-t-il déclaré. « Nous sommes comblés par l’écho rencontré par cette conférence », a affirmé Heinz Keller, Directeur de l’Office fédéral du sport, hôte de la conférence. Au lieu des 200 participants initialement attendus, ce sont plus de 300 délégués et 60 représentants des médias en provenance du monde entier qui ont assisté à la manifestation ouverte par le Conseiller fédéral

    Samuel Schmid. Parmi ceux-ci, on a reconnu des personnalités fort connues : Aleksander Kwasniewski, Président de la Pologne, Carol Bellamy, Directrice de l’UNICEF, Klaus Toepfer, Directeur du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement), Ruud Lubbers, Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Amir Dossal, Directeur du Fonds des Nations Unies pour les partenariats internationaux (FNUPI), Jacques Rogge, Président du CIO, Vyacheslav Fetisov, Ministre russe du sport et ancien champion de hockey, Johann Olav Koss, Norvège, titulaire de plusieurs médailles d’or et Président de Right to Play (anciennement Olympic Aid), Bertrand Piccard, aéronaute et ambassadeur du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Alexander Popov, multiple vainqueur olympique de natation ainsi que Geoff Thompson, quintuple champion du monde de karaté et fondateur de la Youth Charter for Sport, Culture and the Arts.

    Ce n’est qu’un début – Conférence de suivi en 2005 Différents projets et initiatives ont été lancés à la conférence. Ainsi, Right to Play (anciennement Olympic Aid) en plus de sa nouvelle dénomination, a présenté des projets, entre autres en Afghanistan. L’Office fédéral du sport et la Direction du développement et de la coopération ont dévoilé un projet prometteur en Côte d’Ivoire et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a tiré parti de la conférence en tant que plate-forme de lancement pour sa campagne intitulée « Move for Health ». « La Conférence de Macolin n’est qu’un début. Il s’agit maintenant de développer le réseau global pour le sport et le développement et de matérialiser l’esprit de Macolin dans des projets concrets », a déclaré Adolf Ogi. « Nous serons présents pour jouer un rôle actif, à l’avenir également. » Une conférence de suivi est d’ores et déjà prévue pour 2005. De plus, une plaque tournante d’information pour le sport et le développement sera créée. Adolf Ogi prévoit en plus et encore avant 2005 une conférence portant sur le thème du « Sport et paix ».

Contact pour les médias Daniele Waldburger Téléphone +41 79 248 72 67 media@sportdevconf.org www.sportdevconf.org

    D’autres informations sur la Conférence de Macolin sont disponibles sur le site Internet www.sportdevconf.org.

Le 18 février 2003

OLYMPIC AID DÉVOILE SON NOUVEAU NOM ET ANNONCE UN NOUVEAU FINANCEMENT DE LA DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA COOPÉRATION (DDC) Signature d’une nouvelle déclaration commune d’intention avec le Comité International Olympique

    Macolin, Suisse : Johann Olav Koss, président et directeur général d’Olympic Aid, a annoncé aujourd’hui qu’à la suite du lancement réussi du programme Sport pour le développement dans quelque 20 pays en développement, l’ONG va changer de nom. S’exprimant dans le cadre de la Conférence internationale sur le sport et le développement à Macolin (Suisse), Johann Olav Koss a confirmé le nouveau nom de l’organisation Olympic Aid : « Right To Play ». « Au cours des deux dernières années, l’organisation Olympic Aid a évolué. Elle donne maintenant priorité aux programmes de développement durable pour enfants et communautés, axés sur le sport et le jeu comme média de transmission » a affirmé Koss. « Ce nouveau nom reflète à la fois cette évolution et la croissance de l’ONG ». Dans le cadre de son évolution, l’organisation Right To Play a signé une nouvelle déclaration commune d’intention avec le Comité International Olympique (CIO). Elle poursuivra ses activités sur la base d’une relation d’un type nouveau. Créée à l’origine en tant que projet du Comité d’organisation des Jeux Olympiques de Lillehammer en 1992, Right To Play est devenue une organisation non gouvernementale indépendante. Elle continuera toutefois à entretenir des liens étroits avec le mouvement olympique dont elle est issue. « Nous somme fiers de notre association avec le CIO et nous réjouissons de poursuivre notre coopération » a déclaré Monsieur Koss. « Avec la nouvelle déclaration commune d’intention, nous continuerons à pouvoir nous impliquer dans tous les Jeux Olympiques, mais disposerons également d’une grande liberté pour rechercher des partenariats dépassant le cadre de la famille olympique. Nous pourrons ainsi approcher plus d’enfants dans le monde ». S’exprimant avec Monsieur Koss à la Conférence de Macolin, le Dr Jacques Rogge, président du CIO, a déclaré : « Le CIO salue le travail impressionnant accompli par Olympic Aid depuis sa création en 1992. De grands projets ont été mis en œuvre dans le monde et ont apporté joie et espoir à des milliers d’enfants. Le développement par le sport a toujours constitué un aspect très important de la mission du mouvement olympique et nous souhaitons à Right To Play plein succès dans la poursuite de sa tâche louable. » Koss a également annoncé un nouveau partenariat - doublé d’un soutien financier - avec la Direction du développement et de la coopération (DDC). La DDC s’est engagée à accorder une subvention initiale de 300'000 euros. Cette subvention aidera Right To Play à développer des projets supplémentaires en matière de sport pour le développement en 2003. L’ambassadeur Walter Fust, directeur de la Direction du développement et de la coopération, s’est exprimé pour affirmer le soutien de celle-ci à Right To Play. « Notre partenariat avec Right To Play est un premier pas vers ce que nous espérons devenir une collaboration durable visant à établir des projets en matière de sport pour le développement, là où le besoin s’en fait le plus sentir. L’expérience de Right To Play et sa compétence pour mettre en œuvre ces programmes permettront à la DDC de maximiser l’impact des fonds qu’elle investit. » Une partie des fonds alloués par la DDC permettra également de soutenir une campagne de mobilisation sociale lancée par Right To Play. Cette campagne dénommée « Look After Yourself, Look After One Another » (Prenez soin de vous-même et les uns des autres !) vise à encourager les comportements positifs en matière de santé, à permettre une prise de conscience et une meilleure compréhension des relations entre le sport et la santé, et à assurer le financement de projets importants dans ce domaine. Le symbole de la campagne « Look After Yourself, Look After One Another » sera un ballon rouge spécial de Right To Play. Les volontaires de l’organisation utiliseront ce ballon comme un instrument didactique, un auxiliaire opérationnel et un lien symbolique entre les personnes des différents pays qui adhéreront à son message de santé et au potentiel du sport pour le développement. « La vision de Right To Play », a conclu Koss, « est de soutenir le développement des enfants et de servir de catalyseur pour améliorer les moyens de la communauté en exploitant pleinement le potentiel humanitaire du sport. »

Right To Play – GÉNÉRALITÉS

    Right To Play est une organisation humanitaire dirigée par des athlètes. Elle utilise le sport et le jeu pour encourager le développement des enfants et donner à la communauté des moyens de développement dans les régions les plus désavantagées du monde. Actuellement, des volontaires de Right To Play collaborent avec des communautés d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Pour les enfants touchés par la maladie et la pauvreté de même que pour ceux qui sont marginalisés, les occasions de jouer et de faire du sport sont rares. Le sport et le jeu apportent à ces enfants la possibilité d’avoir une vie de leur âge. Le sport soutient le moral et permet des rapports positifs avec les adultes. Il peut apporter une certaine régularité et la sécurité dans la vie d’un enfant. Le sport permet également de développer des aptitudes à la communication, au travail en équipe, à la discipline, au respect et au fair-play. Il apporte joie et espoir aux enfants. Chacun de ces aspects est essentiel au développement d’un enfant et à son avenir.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter : Kathleen Doheny Manager, Communications Right To Play +1 416 498-1922 x 204 kdoheny@righttoplay.com

Daniele Waldburger pour la Direction du développement et de la coopération (DDC) +41 79 248 7267 media@sportsdevconf.org



Plus de communiques: DEZA

Ces informations peuvent également vous intéresser: