Eidg. Departement für Umwelt, Verkehr, Energie und Kommunikation (UVEK)

UVEK: Gothard: le compte-gouttes fonctionne parfaitement

      Berne (ots) - Environ un mois et demi après l'introduction réussie
du régime modifié du trafic lourd dans le tunnel routier du Gothard,
de nouvelles mesures sont prévues pour améliorer le système de
compte- gouttes instauré. A cet égard, l'Office fédéral des routes a
demandé aux cantons de s'en tenir rigoureusement au débit fixé à
1'000 unités-voitures légères par heure et par sens et de
privilégier la sécurité. Grâce aux dispositions prises en matière de
gestion, ce sont en moyenne 3'454 camions qui, les jours ouvrables,
ont pu passer sans trop de temps morts le tunnel en octobre.

    L'Office fédéral des routes (OFROU) tire un premier bilan positif six semaines après la réintroduction du trafic bidirectionnel. Rétrospectivement, on constate que le passage au nouveau régime s'est fait sans difficulté. Ainsi, hormis quelques problèmes généraux de circulation qui ont obligé, les 2 et 3 octobre (jour de l'unité allemande), les chauffeurs à patienter jusqu'à une heure et demie, les camions ont tous pu franchir le tunnel routier du Gothard en ne s'arrêtant que brièvement sur les aires de stationnement et aux deux dispositifs du compte-gouttes. Cette situation favorable a par ailleurs contribué à désengorger la douane de Chiasso.

    La fluidité améliorée du trafic a eu des répercussions dès la mi- octobre sur le nombre moyen de poids lourds, qui est passé d'un peu moins de 3'000 au cours des mois précédents à 3'454 les jours ouvrables, évoluant dans la fourchette prévue de 3'000 à 4'000 unités. Le maximum enregistré jusqu'ici, de 4'110, date du mercredi 6 novembre. Pendant ce temps, le San Bernardino, itinéraire moins favorable du point de vue de la sécurité, a connu une diminution du trafic lourd, le nombre moyen de camions étant retombé à 550 par jour.

La sécurité d'abord

    L'OFROU voue une attention toute particulière aux périodes de trafic dense. En effet, des analyses détaillées ont révélé qu'en attendant d'être réglé avec précision, le débit fixé à 1'000 unités-voitures légères par heure et par sens pour des raisons de sécurité avait été dépassé passagèrement au cours de trois jours du premier mois. Si le maximum de 1'056 unités constitue un écart très faible (5,6%) par rapport à ce plafond, la Confédération a néanmoins rapidement demandé aux cantons d'Uri et du Tessin de respecter strictement cette limite et de réguler, dans le doute, le trafic lourd en conséquence. En cas de forte affluence, ce dernier devra parfois composer avec des moments d'attente qui, dans un premier temps, ne devraient pas avoir d'incidences sur les débits journaliers, vu qu'il ne s'agit pas de restrictions de volume à proprement parler. La limitation rigoureuse du débit horaire a simplement pour but une répartition homogène du trafic sur l'ensemble de la journée. Jusqu'ici, c'est surtout aux heures de pointe du matin que les cantons avaient du mal à écouler le flot de véhicules.

"Trafic S": la réglementation a fait ses preuves

    La mesure précitée n'aura vraisemblablement guère de répercussions sur le "trafic S". Les camions qui, à ce titre, bénéficient de facilités pour leurs transports intérieurs en provenance et à destination de la Suisse méridionale, continueront de pouvoir sauter les aires d'attente et accéder directement au compte-gouttes pour emprunter le tunnel.

    A ce propos, les premières enquêtes ont montré que le "trafic S" constituait environ 15% du trafic lourd du Gothard, ce qui correspond exactement aux prévisions faites sur la base de recensements antérieurs.

Berne, le 12 novembre 2002


DETEC      Département fédéral de l'environnement,
des transports, de l'énergie et de la communication
Service de presse et d'information

Renseignements: Daniel Schneider, Office fédéral des routes, tél. 031 324 14 91



Plus de communiques: Eidg. Departement für Umwelt, Verkehr, Energie und Kommunikation (UVEK)

Ces informations peuvent également vous intéresser: