Eidg. Departement des Innern (EDI)

La Suisse participe à la planification d'une source européenne de rayons X pour la recherche

      (ots) - Le Conseil fédéral veut garder ouvert pour les chercheurs
suisses l'accès aux installations de pointe de demain. Il a décidé
que la Suisse participera dans le cadre d'un Memorandum of
Understanding à la phase de planification (2004-2007) d'une nouvelle
source européenne de rayons X, le laser à électrons libres X-FEL de
Hambourg. Le secrétaire d'Etat à la science et à la recherche a été
chargé de signer le Memorandum of Understanding. La décision sur une
éventuelle participation de la Suisse à la construction et à
l'exploitation du laser à rayons X ne tombera qu'au terme de la
phase de préparation et ferait l'objet du message relatif à
l'encouragement de la formation, de la recherche et de la
technologie pendant les années 2008 à 2011. Émettant des éclairs de
rayons X ultra-brefs (de l'ordre d'un milliardième de seconde) d'une
très forte intensité, le laser à rayons X européen X-FEL permettra
d'observer la matière à l'échelle de l'atome et pendant les durées
infiniment courtes dans lesquelles se produisent les réactions
chimiques et biologiques. Cette source de rayonnement X ouvrira des
perspectives entièrement nouvelles en chimie, biologie, sciences des
matériaux et médecine. En l'état actuel, le projet général prévoit
un accélérateur d'une longueur de 3 km, au bout duquel six stations
d'expérimentation seront à la disposition des utilisateurs.
L'installation serait construite sur le site du laboratoire de
recherche DESY à Hambourg, profitant de l'infrastructure qui y
existe. L'Allemagne assumerait 60 % des coûts de construction
estimés à 864 millions d'euros (prix de 2000), 40 % étant à la
charge des autres pays participant au projet. La répartition de la
charge financière fera l'objet d'études conduites au cours de la
phase de préparation, qui est financée par l'Allemagne avec le
soutien de divers laboratoires européens. A ce jour, la France, la
Grande-Bretagne, la Suède, la Grèce et l'Espagne ont choisi de
participer à ces travaux. Les chercheurs suisses utilisent déjà les
principales installations de rayonnement synchrotron et rayonnement
X, à savoir l'ESRF (Installation européenne de rayonnement
synchrotron) de Grenoble et le SLS (Swiss Light Source) à l'Institut
Paul Scherrer PSI. Un accès aux installations de la prochaine
génération permettrait d'assurer également à l'avenir les recherches
de pointe dans ces domaines. L'intérêt du projet X-FEL pour la
Suisse tient aussi au fait que notre pays pourrait fournir les
nouveaux instruments et technologies développés au PSI pour le SLS.
C'est en particulier un dispositif inédit pour la stabilisation du
faisceau d'électrons du SLS qui est considéré par les spécialistes
comme un développement précurseur unique au monde pour un composant
central du X-FEL.

DÉPARTEMENT FÉDÉRAL DE L'INTÉRIEUR Service de presse et d'information

Renseignements: Jean-Pierre Ruder, chef de la section Organisations internationales de recherche, Office fédéral de l'éducation et de la science, tél. 031 322 96 78



Plus de communiques: Eidg. Departement des Innern (EDI)

Ces informations peuvent également vous intéresser: