Eidg. Justiz und Polizei Departement (EJPD)

Réorganisation et réduction des coûts au sein du DFJP Résultats de l’analyse concernant 585 postes dans les Services centraux du DFJP

Berne (ots) - 17.06.2005. Les Services centraux du Département fédéral de justice et police ont été soumis à une analyse approfondie. Constituant un préalable au bon fonctionnement d’une administration, cette analyse visait principalement à une attribution claire des responsabilités, à l’identification des tâches et des échelons hiérarchiques inutiles, à la diminution du nombre des travaux en double, à la simplification des processus et à l’exploitation du potentiel d’économies. Il est donc prévu de diminuer les frais de 13 millions par an et de réduire les Services centraux de 116 postes. Les Services centraux, comprenant les services des ressources humaines, des finances, d’états-majors, des secrétariats, de l’exploitation et de la logistique ainsi que les services informatiques et de presse du Département fédéral de justice et police, ont fait l’objet d’un examen sur les plans structurel, personnel et financier. En procédant à une telle analyse et en prenant les mesures de réorganisation qui en résultent, le DFJP fait un autre pas important vers une administration publique plus allégée et efficiente. L’examen de 585 postes au total va permettre de réaliser, dès 2008, une réduction des coûts d’environ 13 millions de francs (soit -22 %) et d’atteindre une diminution de 116 postes, (soit -19.8 %)*. Le nombre des postes au sein des Services centraux passera de 585 à 469. Cette mesure peut être réalisée par une simplification des processus et des missions, dont les objectifs sont les suivants : - élimination de tâches inutiles et des travaux effectués en double; - soutien optimal des domaines-clés et attribution claire des responsabilités; - sensibilisation aux coûts et exploitation du potentiel d’économies pouvant être réalisé. Constituant une étape supplémentaire dans le processus de réforme mis en place au DFJP, cette réorganisation vise d’importantes économies à l’horizon 2008. Ces économies s’inscrivent dans le cadre des mesures prévues dans le programme d’allégement budgétaire (soit -105 millions de francs) et des autres mesures d’économies (principalement dans le domaine de l’asile) s’élevant à 195 millions de francs, assorties de celles prévues par le plan d’abandon des tâches (soit - 28 millions de francs). Le nombre des postes au sein du DFJP passera vraisemblablement en 2003 de 2120 à environ 1714 en 2008. Ne sont pas compris dans ces trains de mesures les domaines relevant du projet Effor, renforcés dès 2003, ainsi que les domaines qui, dès 2007, seront intégrés au Tribunal fédéral administratif (cf. la CRA et les Services de recours). Le DFJP entend licencier le moins de collaborateurs possible. Dans le cadre du projet de « Réorganisation offrant des perspectives au personnel », les personnes concernées devront chercher pendant 6 mois un emploi au sein de l’Administration fédérale. Ce n’est que par la suite, si les recherches s’avèrent infructueuses, qu’elles seront licenciées. Le DFJP les aidera dans leurs recherches. Renseignements complémentaires: Livio Zanolari, Service de presse du DFJP, tél. 031 / 322 40 90 Documentation pour les médias: Réorganisation des services centraux du DFJP 1. Sensibilisation des collaborateurs aux coûts Un des objectifs du projet de réorganisation était d’induire une sensibilisation aux coûts, de créer, voire d’améliorer les tâches particulièrement indispensables. Dans le détail, il s’agit de définir une forme d’organisation permettant de soutenir de manière optimale les domaines clés du DFJP. Il s’agissait également d’identifier et de supprimer les tâches et les niveaux hiérarchiques inutiles, de définir clairement l’attribution des responsabilités, d’éliminer les doublons et d’exploiter le potentiel d’économies pouvant être actuellement réalisé dans les services centraux. 2. Marche à suivre C’est en décembre 2004 que le projet a été lancé, si bien que les décisions nécessaires ont pu être arrêtées à la fin mai 2005. Exécuté au niveau interne, le projet visait une analyse des services des ressources humaines, des finances, des services d’état- major, des secrétariats, de l’exploitation et de la logistique, de l’informatique et de l’information du DFJP. Cet examen sur les plans structurel, financier et du personnel portait sur les points suivants : Personnel 61 postes Finances 51 postes Informatique 82 postes Information 18 postes Services d’état-major/secrétariats 138 postes Exploitation et logistique 235 postes TOTAL 585 postes L’institut suisse de droit comparé (ISDC), la Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) et la Commission suisse de recours en matière d’asile (CRA) n’ont pas été soumis à cette analyse. 3. Résultats de l’analyse Au total, la réorganisation des services centraux entraînera une réduction annuelle des coûts de 13 millions de francs (soit - 22.2 pour cent) et la suppression de 116 postes (soit - 19.8 pour cent) *. Ces économies seront effectives en 2008. La suppression de postes et de tâches a conduit à une réorganisation des domaines soumis à l’analyse. Les domaines du personnel (Ressources humaines) et des finances seront désormais centralisés et transférés au secrétariat général. Les réductions les plus importantes concernent, en matière de coûts et de personnel, l’Office fédéral de la police (soit - 5,5 mio / - 50 postes) et l’Office fédéral des migrations (soit - 5,4 mio / - 49 postes). Dans le domaine informatique, une réduction des coûts de l’ordre de 2 millions, entraînant la suppression de 18,5 postes, a été calculée. A l’Office fédéral de la justice, une économie de 1,7 million de francs pourra être réalisée et environ de 15 postes seront supprimés (cf.tableau 1 « Impacts sur les coûts et les postes »). D’un point de vue général, il est prévu d’atteindre des réductions d’un montant de 146 millions de francs, prenant en compte les économies réalisées dans le cadre du programme d’allègement budgétaire 04 et du programme d’abandon des tâches. Au vu de la situation actuelle, il est par conséquent possible d’envisager des mesures d’économie supplémentaires d’un montant de 195 millions de francs dans le domaine de l’asile (cf. tableau 2 « Conséquences financières de la réorganisation »). Pour le DFJP, le budget s’élève à 1, 47 milliards de francs conformément au programme de législature de l’année 2007. Les dépenses effectives se monteront encore à 1,15 milliard de francs en application du plan financier de l’année 2008. Il s’agit de 327 millions de francs en moins (- 23 pour cent). Cela signifie que le nombre des postes passera de 2120 en 2003 (sans les postes relevant du projet d’efficacité) à 1714 en 2008, soit une suppression de vraisemblablement 406 postes (- 19,1 pour cent) (cf. tableau 3 « Conséquences au niveau du personnel ») 4. Conséquences au niveau du personnel Les associations du personnel ont été informées du projet. La réduction de personnel doit, si possible, avoir lieu sans licenciement. Cette mesure concernera plus de la moitié des postes, suite à la suppression de postes vacants, de départs à la retraite, du non renouvellement de contrats à durée déterminée, de réductions du taux d’occupation et de modifications des contrats de travail. Les licenciements devraient entrer en ligne de compte que si la recherche d’un poste au sein de l’administration effectuée pendant 6 mois (selon le projet « Réorganisation offrant des perspectives au personnel ») est restée vaine. Le 17 juin 2005, les collaborateurs, les associations du personnel et l’opinion publique seront informés des résultats de la réorganisation.

Ces informations peuvent également vous intéresser: