Bundesamt für Statistik

BFS: Enquête sur les revenus et la consommation 2002 (ERC 2002)

      (ots) - Enquête sur les revenus et la consommation 2002 (ERC 2002)

Grandes différences de revenu entre les ménages

    En 2002, le revenu brut moyen des ménages suisses était de 8'933 francs par mois. Les ménages actifs tirent leur revenu principalement du travail, les ménages de rentiers essentiellement des transferts, de la propriété et de la location. Les couples sans enfant se portent nettement mieux, financièrement, que les familles monoparentales et les familles avec plusieurs enfants. Le revenu moyen est le plus faible au Tessin et le plus élevé dans la grande région de Zurich. Ces résultats proviennent de l’enquête sur les revenus et la consommation (ERC), que l’Office fédéral de la statistique (OFS) réalise chaque année depuis l’an 2000. Le revenu du travail représente environ 70% du revenu brut moyen des ménages. La proportion est de 80% pour les ménages dont la personne de référence est un indépendant, et de 87% pour ceux dont la personne de référence est un salarié. Chez les rentiers, le revenu se compose principalement de revenus de transferts et de revenus provenant de la fortune ou de la location. Le revenu brut moyen des ménages dont la personne de référence est rentière provient à raison de 82% des assurances sociales, notamment de l’AVS et des caisses de pensions, et à raison de 14% de la fortune et de la location. C’est chez les rentiers que la part de cette dernière source de revenu est la plus élevée. La part du revenu provenant de la fortune et de la location n’est en moyenne que de 5% pour l’ensemble des ménages. Du revenu brut au revenu d’équivalence disponible Le revenu brut moyen des couples avec enfants diffère peu de celui des couples sans enfants. Nettement au-dessus de la moyenne, il varie entre 10'957 francs, pour les couples avec un enfant, et 11'813 francs, pour les couples avec trois enfants ou plus. A l’inverse, le revenu brut moyen des familles monoparentales et des personnes vivant seules est nettement au-dessous de la moyenne. Mais le revenu brut est une grandeur qui se prête mal aux comparaisons. Dans le débat socio-politique et dans les comparaisons internationales, on considère plutôt le revenu d’équivalence disponible. Celui-ci tient compte de la taille des ménages et est obtenu après déduction des impôts, des cotisations sociales et des autres contributions obligatoires. En 2002, la médiane du revenu d’équivalence disponible était, pour l’ensemble des ménages, de 3'737 francs. La moitié des ménages étaient au-dessus de ce montant, l’autre moitié au-dessous. Vingt pour cent des ménages avaient un revenu d’équivalence disponible inférieur ou égal à 2'452 francs, vingt pour cent un revenu d’équivalence disponible supérieur ou égal à 5'576 francs. Le rapport entre ces deux derniers groupes de ménages – le cinquième le plus aisé et le cinquième le plus pauvre – est un indicateur des différences réelles de revenu dans notre société. En 2002, le revenu d’équivalence disponible des ménages les plus aisés était 3,8 fois supérieur à celui des ménages les moins aisés. D’après le revenu d’équivalence disponible, les couples sans enfants vivent mieux, financièrement, que les familles nombreuses et les familles monoparentales. En 2002, la médiane pour les couples sans enfants était de 5'165 francs. Le revenu comparativement élevé de ce groupe de ménages s’explique par le fait que souvent les deux membres du couple travaillent. La médiane était de 3'416 francs pour les familles monoparentales et de 2'933 francs seulement pour les couples avec trois enfants ou plus. Si le revenu de ces derniers est relativement bas, c’est parce que les tâches d’éducation des enfants limitent chez eux les possibilités d’exercer une activité rémunérée à plein temps. En outre, les primes d’assurances maladies pèsent davantage sur les grandes familles. Différences entre les régions L’enquête sur les revenus et la consommation fait apparaître des différences marquées entre les grandes régions de la Suisse. C’est au Tessin que la médiane du revenu d’équivalence disponible est la plus faible (3'239 francs), dans la grande région de Zurich qu’elle est la plus élevée (4'335 francs). Mais les écarts entre les hauts et les bas revenus varient fortement d’une région à l’autre. L’écart entre les ménages qui forment le cinquième le plus aisé de la population et ceux qui forment le cinquième le plus pauvre est moins marqué en Suisse occidentale (3,5) et au Tessin (3,4) qu’en Suisse alémanique. C’est dans la grande région de Zurich qu’il est le plus grand (4,1).

OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse

Renseignements: Anne Cornali Schweingruber, OFS, section Revenus, consommation et conditions de vie, tél.  : 032 713 60 95

Service de presse OFS, tél. : 032 713 60 13; fax : 032 713 63 46

Commandes de publications : tél. : 032 713 60 60, fax : 032 713 60 61, e-mail : order@bfs.admin.ch

Vous trouverez d’autres informations et publications en format électronique sur le site Internet de l’OFS à l’adresse http://www.statistique.admin.ch/

Abonnement aux communiqués de presse par e-mail sous : http://www.news-stat.admin.ch



Weitere Meldungen: Bundesamt für Statistik

Das könnte Sie auch interessieren: